jeudi 21 mai 2009

Petite histoire du Togo




Comme je vous l’ai déjà mentionné, une bonne partie du Ghana, du Togo et du Bénin fut à l’époque, le royaume du Dahomey. Pour ce qui est du Togo, contrairement au Bénin qui lui fut colonisé par les français, ce sont les allemands qui se sont d'abord installés ici en signant un traité de protectorat avec le roi Mlapa à Togoville en 1884. Nommé Togoland par ces derniers, la région connut une période de croissance économique considérable, mais les togolais n’appréciant guère les travaux forcés, les taxes et les campagnes de pacification imposées par les allemands furent très heureux de voir les troupes anglaises arriver lors de la première guerre mondiale. D’ailleurs le Togo fut la première victoire des alliés. À la fin de la guerre, la société des nations divisa le Togoland en deux, les deux tiers, le Togo actuel, fut acquis par la France et le reste fut annexé au Ghana par les anglais. Cette partition est encore très controversée par le peuple Ewe et certains groupes politiques revendiquent encore la réunification.





Le Togo français devint une république autonome qui gagna sa pleine indépendance en 1960 avec Sylvanus Olympio. Premier président du pays. Voyant la situation dans la colonie britannique voisine, le Ghana, beaucoup plus intéressante que dans sa nation, Olympio essaya de se rapprocher et de tisser des liens économiques avec l’Angleterre et les États-Unis. En 1963, le Togo fut le premier état indépendant de l’Afrique à subir un coup d’état militaire. Le président Olympio fut assassiné aux portes de l’ambassade américaine alors qu’il tentait de s’y réfugier. Je me demande qui supportait ce coup d’état vu les politiques que le président essayait de mettre en place. Son successeur, Nicolas Grunitzki, fut immédiatement renversé par le sergent Kabyé Étienne Gnassingbé Éyadéma qui dirigea le pays d’une main de fer jusqu'à sa mort dans des conditions nébuleuses en 2005.




Dans la catégorie rumeur, il parait qu’Éyadéma possédait dans son palais présidentiel une pièce ultra secrète connue uniquement de lui et de deux de ses gardes personnels. Cette pièce aurait été une fosse aux lions et il s’en servait pour, disons régler les petits problèmes de gestion interne. D’ailleurs, il aurait été victime de ses propres ambitions alors qu’il essayait de liquider un de ses fils( il en aurait plus de 60 !), disons un peu trop ambitieux. A son décès personne n’a témoigné avoir vu le corps du défunt président.



Durant les années 1990, la France commença à faire pression sur le président pour mettre en place un système multipartiste dans le but d’établir une vrai démocratie. Éyadéma ne voulu rien savoir, c’est ainsi qu’à son départ précipité, son fils Faure Gnassingbé Éyadéma lui succéda lors d’un nouveau coup d’état. Bien sur, il y eut des élections présidentielles à plusieurs reprises mais toutes furent contestées jusqu'à la dernière en 2006 où plus de 500 personnes trouvèrent la mort. Comme le disent les Togolais avec un petit sourire en coin, notre système est une monarchie constitutionnelle.






Pour ce qui est du fils Éyadéma, plusieurs croient que c’est une amélioration par rapport à son père mais les sceptiques ont aussi une voix forte. Surnommé M. Demi Journée car il préférerait la fête au travail, il est comme son père, un coureur de jupons invétéré. Attention mesdames togolaises car s' il jette son dévolu sur vous, c’est la prison dorée qui vous attend. Il aurait même fait arrêter un mariage car il trouvait la mariée à son gout. S’il fait de l’œil à une fille, la famille au complet se mobilise pour faire sortir cette dernière du pays avant qu’il ne soit trop tard !
Bien sûr, ce petit texte est très sommaire et un peu vulgarisé mais c’est beau tout ça pour un des pays les plus pauvres de toute l’Afrique et qui a comme plus gros partenaire commercial, la France…

P.S. Pour les faits, ils viennent du Lonely Planet, pour les interprétations elles viennent de mes observations.



Édition: Philippe Guay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire