mercredi 13 mai 2009

La pintade de Dapaon



Ceux qui me connaissent savent très bien que je vis une relation d'amour avec la bouffe. Et bien, laissez-moi vous parler de la pintade de Dapaon. Comme je l'ai déjà mentionné dans le billet précédent, Cédric m’a invité à me joindre à lui et Allan pour un repas de pintade. Le rendez-vous est à 14h dimanche. C’est avec une grosse veillée derrière la cravate que je saute sur un zem pour me rendre à la station GTA. Je n’ai aucune idée d'où je vais, mais heureusement le chauffeur lui, semble le savoir.




En Afrique, on appelle un maquis un petit restaurant extérieur dans lequel on sert habituellement de la bouffe traditionnelle. Ce petit resto entouré de gros arbres qui cachent parfaitement bien du soleil, est vraiment sympathique. La grosse bière coûte moins d’un dollar et c’est bondé de monde qui vient ici spécifiquement pour déguster la spécialité de la maison; la pintade de Dapaon.



Cette fois, on ne peut pas se plaindre de la fraicheur de la viande puisque les pintades arrivent vivantes tous les jours et sont tuées et plumées sur place. Aussi, une fois la volaille prête, on la fait cuire sur le charbon de bois. Après la cuisson initiale, la pintade est coupée en petits morceaux et placée dans un sac de papier (de vieux sacs de ciment, nettoyés bien sûr!) renfermant un savoureux mélange d’épices, de tomates et d'oignons qu'on remet sur le BBQ pour la cuisson finale, un peu comme en papillote.



Le résultat est délicieux; une volaille parfaitement relevée et cuite juste à point. Un de ces goûts qui vous donnent envie d’abuser, si vous voyez ce que je veux dire. La pintade, dans son sac est placée au centre de la table avec deux petits bols d’eau. Un bol contient de l’eau savonneuse pour se laver les mains et un autre pour les rincer. Et oui, la pintade de Dapaon, servie avec du foufou et de l'igname pilée, se mange avec les doigts. Un vrai festin!
Édition: Philippe Guay

2 commentaires:

Isabelle a dit...

Pourquoi est ce qe ça ne m'étonne pas de retrouver le gourmand en toi?!!! Après tout, tu as tout de même réussi à trouver un goût de poutine à un ragôut d'igname au poulet!!!

Fais gaffe de ne pas revenir avec 10 livres de plus!!!

En tout cas, RDV est pris, à ton retour, pour que je goûte enfin une vraie poutine! Au bout de 13 ans, au Québec, il est temps de réparer un grave impair!!!

Bonne route!

Anonyme a dit...

Où est-tu ? On commence à s'inquiéter. As-tu digéré ta pintade ? On t'attend impatiemment.

Publier un commentaire

Publier un commentaire